Glossaire special champagne

Read in/Lire en: Anglais

champagne bouchon bouteille4 Glossaire special champagne photo


Les différents mots ou expression à connaitre autour du champagne:

L’assemblage entre cépages (types de raisins), crus (vins de diverses communes champenoises) et de millésimes différents (dans l’appellation) y est presque la règle, le but étant d’assurer une continuité dans les qualités œnologiques et organoleptiques. L’indication du millésime est possible (mais non obligatoire) quand seuls des vins de la même année sont assemblés. C’est généralement le signe d’une grande qualité.

C’est un vin pétillant maintenu sous pression dans sa bouteille par un bouchon ayant l’allure d’un champignon (contrairement aux bouchons cylindriques), tenu par une capsule et un muselet de fil de fer. À l’ouverture, le bouchon a tendance à sauter et le champagne jaillit et mousse, ce qui rend le service un peu délicat. Les bulles peuvent se former sur les aspérités du verre (de préférence une flûte à champagne), mais naissent le plus souvent au contact des fibres de cellulose ou des cristaux du vin. Les peptides résultant de la décomposition des levures de fermentation attirent les molécules de CO2 et contribuent à la délicatesse de l’effervescence, avec d’élégantes colonnes de petites bulles naissant en différents points du vin.

Blanc de blanc est un vin blanc produit avec du raisin blanc pour le champagne uniquement du Chardonnay.

Blanc de noirs qui provient de raisins noirs (pinot noir ou meunier) uniquement.

Garder les champagnes on peut garder et faire vieillir son champagne quelques années, pour la plupart des cuvées il n’en sera que meilleur. Il faut pour cela une cave humide (ou une cave d’appartement) et surtout que les bouteilles soient préservées de la lumière, ennemie de ce vin.

sans année (BSA) toujours non millésimé. C’est le nom technique du champagne premier prix réalisé à partir de vins d’années différentes. En ce moment, les années 2005 à 2007 entrent souvent dans la composition des BSA, qui s’appellent plus souvent Tradition, Carte blanche, Réserve. A boire rapidement, plutôt à l’apéritif.

Températures le champagne doit être servi frais, entre 6 et 8 °C lorsqu’il est jeune, jusqu’à 10 °C lorsqu’il est plus mature ou millésimé. On place la bouteille pendant 20 à 30 minutes dans un seau à champagne rempli à moitié d’eau et de glace (pas plus d’une dizaine de cubes de glace). On peut également placer la bouteille au réfrigérateur (surtout jamais dans le compartiment à glace et pire au congélateur). La température de service chez « Lasserre » qui est un restaurant où le est roi est de 9 °C. Les champagnes les plus anciens, au-delà de quinze ans d’âge, peuvent être offerts à 14 ou 15 °C, c’est-à-dire, à la température d’une bonne cave. Qu’elle soit dans un seau à champagne ou au réfrigérateur, la bouteille de champagne ne doit pas rester à la lumière et surtout pas être exposée à la lumière de néons, car la lumière lui donne assez rapidement un goût détestable – ce conseil est valable pour tous les vins à bulles. Il est donc conseillé de couvrir ou d’emballer la bouteille d’un linge fin ou au mieux – de façon plus raffinée – avec du papier de soie.

Les millésimes l’art consiste à assembler des crus non pas à composer des millésimes. Les cuvées millésimées ne dépassent jamais plus de 5% des ventes de champagne. Elles sont surtout un extraordinaire vecteur de communication pour doper les ventes et faire parler des marques. Les marques rivalisent d’idées et organisent des événements autour de leurs millésimés pour faire parler d’elles. Selon le Comité interprofessionnel des , le millésime « est un outil de valorisation. La demande est toujours forte mais le vignoble n’est pas extensible, la croissance ne peut donc se faire que dans le haut de gamme ». Une cuvée millésimée se vend en moyenne 30% à 40% plus cher que le et beaucoup plus dans le cas des cuvées de prestige. La tentation est donc forte de millésimer même quand l’année ne le mérite pas vraiment. Entre 1945 et 2004, la Champagne a millésimé 46 fois. Or, millésimer n’est pas une démarche sans risque, car selon Olivier Krug, « un millésime est une figure libre par rapport à un . Il reflète le climat d’une année, c’est une personnalité, un caractère ». Pour Benoît Gouez de chez Moët & Chandon, « élaborer un millésime, c’est bousculer les codes d’une maison ».

Cuvée de prestige ces cuvées spéciales de grande qualité sont encore plus liées au choix des Maisons (certaines en font plusieurs) mais le marché est dominé par quelques stars. Elles sont la catégorie la plus huppée de la production et en représentent à peu près 5%.

Le bouchon les bouchons de liège usagés de bouteilles de champagne. Le bouchon de liège des bouteilles de champagne est célèbre pour sa forme en champignon, bien plus complexe que celle cylindrique des bouchons utilisés pour les autres vins. En fait, cette forme lui est conférée par le goulot de la bouteille dans lequel il n’est que partiellement inséré.Il est, au moment de l’embouteillage, cylindrique et de forts diamètres (31mm). Pour que le bouchon puisse entrer, il est nécessaire de le mettre en place par compression (réduction forte du diamètre à 17mm) dans le col de la bouteille, sur la moitié de sa longueur, puis de l’écraser en forme de champignon pour recevoir le muselet. Ce bouchage « en force » permet de s’assurer qu’il ne sautera pas tout seul, sous la pression du gaz contenu dans le vin. Avec le temps, le bouchon perd son élasticité naturelle. La partie du bouchon situé au niveau du goulot est déformée lors de l’écrasement nécessaire à la mise en place du muselet et se desséchera plus vite que celle en contact avec le vin. D’où la forme au moment de l’ouverture de la bouteille, plus étroite au niveau du col. Cela est de plus favorisé par la différence de qualité des lièges (de plus en plus chers) constituant le bouchon. En laissant tremper un bouchon usagé, il reprendra en partie sa forme originelle. On distingue nettement, sur un bouchon, grâce à la différence d’aspect des lièges:

parfois appelée manche et partiellement engagée dans le goulot, est constituée d’un aggloméré de liège. Cette méthode de fabrication autorise des tailles de bouchons bien supérieures à ce qu’il est possible de récolter aujourd’hui sur les arbres. De moindre qualité, cette partie « noble » n’est pas en contact avec le vin.

Le corps, constitué de deux rondelles de liège massif aux plis croisés, est collé à la base de la tête. En contact avec le vin, cette partie assure l’étanchéité du flacon.

Une fois assemblés, meulés et poncés, les bouchons font l’objet d’une sélection individuelle et sont généralement traités en surface (paraffine solide), pour garantir leur étanchéité et favoriser leur introduction dans la bouteille.

Capsule de bouchon de champagne.

Au-dessus du bouchon, une plaque en fer-blanc est maintenue, avec le bouchon, par du fil de fer préformé, appelé muselet. Cette plaque empêche le fil de fer de s’enfoncer dans le bouchon. Le muselet est repris sur la collerette du goulot, et maintient le bouchon qui ne peut alors plus être éjecté par la pression dans la bouteille. Les plaques de muselet (également appelées « capsules » dans le langage courant) sont devenues des objets de collection, la placomusophilie.

Il existe un du nom de « bouchon de champagne » ayant la même forme que le bouchon et aromatisé au marc de champagne.

En 2009, un nouveau type de bouchon de champagne fait son apparition. Nommé Maestro, il permet d’ouvrir la bouteille avec facilité, tout en conservant le bruit caractéristique des anciens bouchons.

Articles relatifs

1 réaction sur “Glossaire special champagne

  1. me dit :

    bjr j’aimerai être a la hauteur ce jour là

Laissez votre réaction sur Glossaire special champagne

Votre commentaire (non modéré, publié immédiatement):

  • Abonnement newsletter

    Soumettez nous votre information/publiez un article

  • Categories

  • fr  Français
  • en  English